La maîtrise de la distance, le MAAI.

La maîtrise de la distance, le MAAI.

DISTANCE CRÉATRICE ET DISTANCE DE SÉCURITÉ

Le terme Japonais Ma-Aï, qui a pour sens « distance – espace temps » tient une place centrale et fondamentale dans le Budo et dans l’entraînement de tous les arts de combat. C’est un principe omniprésent dans la vie de tous les jours.

C’est la distance variable qui sépare et qui unit deux protagonistes ou plus. Il y a une distance limite où les deux partenaires, armés ou pas, ne peuvent pas se toucher ou s’atteindre s’ils restent campés sur leur position. Cette distance est une sorte de bulle virtuelle qui offre la sécurité mais ne permet aucun échange physique, c’est la distance de l’observation. Parce qu’elle est non créatrice, maintenir la distance de sécurité est une stratégie efficace à la condition qu’elle ne s’inscrive pas dans la durée. La peur de l’autre de l’autre inhibe l’action et toute forme de créativité. Créer un mouvement, implique une prise risque. Il faut apprendre à accepter de laisser rentrer l’autre, sous conditions, dans cette bulle protectrice.

La pratique de l’aikido, et de l’art martial en général, est particulièrement indiquée pour apprivoiser avec le corps et le mental  cette notion de maai, ce qui aura pour corollaire une amélioration de la confiance en soi et une meilleure efficience dans nos actes.
De nombreuses études dans des domaines variés qui vont de la zoologie, à l’anthropologie et aux neurosciences montrent que l’espace péripersonnel, essentiel aux moindres de nos gestes et interactions, influence subtilement, mais sûrement, nos actes et nos vies.
Maîtriser le maai c’est en quelque sorte, comme souvent on le dit dans le milieu professionnel, et trop rarement appliqué, être « agile ».

NOTRE« BULLE DE SÉCURITÉ »

Dans la vie de tous les jours nous avons une sorte de « bulle de sécurité » délimitée à minima par l’extrémité des mains lorsque nous tournons sur nous même les bras tendus. C’est la zone de confort, le territoire de tout être vivant, animal ou humain, l’espace nécessaire à son équilibre

Dans cette zone, on peut toucher et attraper des objets ou des personnes, tout comme on peut s’en protéger. Les neurones dits « péripersonnels » (du latin peri signifiant « autour ») surveillent en permanence cet espace et réagissent plus ou moins rapidement aux stimuli visuels ou tactiles.

Si d’aventure un inconnus pénètre par effraction dans notre bulle, il en résulte un malaise, un sentiment d’inconfort voir du stress et de la peur. On peut facilement observer chez l’animal des comportements destinés à préserver cet espace vital. La distance de fuite est un automatisme qui se déclenche lorsqu’un ennemi virtuel pénètre dans une zone qui est variable selon les espèces. La distance critique correspond à une zone où le comportement est situé à la frontière entre l’attaque et la fuite.
Selon Hediger,
zoologiste Suisse, cette distance critique est si précise qu’elle se mesure en centimètre.
Dans les technique de sabre des arts martiaux anciens, il y avait une stratégie qui disait : « En se laissant couper la peau, on coupait la chair de l’ennemi, en se laissant couper la chair, on lui coupait les os. »

QU’EST CE QUE LE MAAI ?

Étymologie 閒 合 - MaAi

Deux kanji composent le terme Ma-Aï :
Ma, qui signifie distance, intervalle, entre, interstice, espace.
Aï, qui signifie union, réunir, harmonie.

Dans la langue japonaise courante deux kana sont ajoutés : 間に合う pour donner le sens de « arriver à temps, être à l’heure »

Les deux composés extérieurs du caractère Ma représentent une porte à deux battants, la graphie centrale représente la lune. Au fil du temps les scribes ont déformé le caractère, la graphie du soleil s’est substituée à celle de la lune.

L’intervalle, l’espace, l’entrebâillement entre les deux battants de la porte, c’est le vide, que nous appelons en mécanique le jeu fonctionnel, qui permet d’assurer les fonctionnalités de la porte. Lorsque la porte est fermée, l’ajustement entre les deux battants doit être très précis pour réduire le plus possible l’espacement, matérialisé par la lumière des rayons du soleil.
Le caractère Ai
, est le même que l’on trouve dans aikido, vient consolider l’idée d’union, d’harmonie de l’ensemble nécessaire au bon fonctionnement.

L’aikido est comme le fil d’un sabre. Un millimètre à côté et ce n’est plus de l’aikido.
Nobuyoshi Tamura sensei.

LE MAAI DANS LA PRATIQUE DE L’AIKIDO

Définition

La notion de distance est insuffisante pour définir le sens de maai, il faut prendre en compte la notion de temps : la distance varie en permanence en fonction de la situation et des interactions entre les deux partenaires (ou adversaires). maai inclus l’idée d’espace – temps et de timing, d’être au bon endroit au bon moment. La plupart des arts de combat appuient leur stratégie sur une distance de prédilection, distance rapprochée pour le judo ou plus éloignée pour le karaté où les techniques de pied sont autorisées. Toutes les variations de distance et situations sont permises dans la pratique de l’aïkido : de la saise à l’épaule (kata dori), du poignet (katate dori), aux attaques portées (uchi, tsuki) jusqu’aux coups de pied (geri). La pratique des armes (buki waza) est un outil pédagogique qui augmente le champs d’expérimentation.

Pourquoi et comment utiliser le maai ?

Se placer au centre de l'action.

On peut décomposer le maai en deux fonctions.
La première sert à protéger notre espace péripersonnel, la bulle de sécurité, en maintenant la distance requise par le jeu des déplacements.
La seconde, qui est complémentaire, est beaucoup plus compliquée à maîtriser. Il s’agit de laisser rentrer l’adversaire dans notre espace de sécurité tout en guidant son attaque dans une direction en dehors de notre champs vital, ou, de rentrer dans le sien pour agir en anticipation voir pour attaquer. C’est la distance créatrice qui permet au mouvement de s’exprimer.

L’objectif est de se placer au centre de l’action, au centre d’un cercle imaginaire où l’autre est mis en orbite. Ma ai et centre sont indissociables. Ce principe permet de limiter au strict minimum les déplacements et la gestuelle pour contrôler le partenaire

Quels indicateurs ?

Atemi - Osensi

« Dire que je vais travailler Ikkyo ou Shi Ho Nage dénonce une véritable rupture avec le véritable sens de la pratique de l’aïkido où la technique doit naître du Ma-Aï au moment de l’attaque et engendrer le déplacement adéquat »

Morihei Ueshiba

Un maai inapproprié va générer une altération de la posture (shisei) et la nécessité d’utiliser de la force qui sera source de tensions, de raideurs et de blocages parce que la forme technique envisagée ne sera pas celle qui correspond à la situation. C’est un principe mécanique très simple, imagineriez vous réussir à soulever une charge très lourde à bout de bras, ou pousser une voiture sans vous mettre dans l’axe ?

Martialement, une bonne gestion du maai permet à tout moment de porter un atemi – frappe sur un point vital – avec efficacité.

Le bilan énergétique doit être favorable, vos déplacements et gestuelles sont moins importants que ceux de votre partenaire, lui, tourne autour de vous et non l’inverse.

En fonction de la situation, et donc de la distance, une forme technique sera possible et pertinente ou pas. Le jugement correct du maai de manière spontanée va permettre de prendre le centre, de mettre en place les autres principes de l’aikido (shiseï, ki no nagare, Kimusubi, atemi, ….) autour desquels les formes techniques seront construites.

Auteur : Didier MEJEAN

Principales ressources

  • La dimension cachée – Edward T. Hall
  • La distance personnelle,  c’est sacré! – Cerveau et psycho N°122
  • AIKIDO – Tamura (épuisé)
  • Budo Renshu – Ueshiba Morihei

 

Laisser un commentaire